Français | English
Les mises en guerre de l'État

Les mises en guerre de l'État

1914-1918 en perspective

Édité par Sylvain Bertschy, Philippe Salson

Sociétés, Espaces, Temps



Version électronique bientôt disponible sur

Retrouvez Sylvain Bertschy et Philippe Salson aux Rendez-vous de l'HIstoire de Blois (#rvh2018) sur le stand du CRID 14-18 et sur celui du Comptoir des Presses d'Universités pour des séances de dédicaces. Le Samedi 13 octobre sur le stand du Comptoir des Presses d'Universités de 14h à 16h et sur le stand du CRID 14-18 de 16h à 18h. Le Dimanche 14 octobre sur le stand du CRID 14-18 de 10h à 12h.

À partir de l'été 1914, les sociétés européennes paraissent brutalement saisies par la guerre et, ce faisant, saisies par l'État. C’est en son nom que des millions d’hommes vont s’affronter, sous l’uniforme, et que s’opère une gigantesque « mobilisation » des corps, des esprits et des ressources, pour reprendre le terme de l’époque toujours employé par les historiens et les historiennes. Cent ans plus tard, alors que tous les États ayant fait la guerre ont engagé de vastes programmes de commémoration, le moment semblait particulièrement opportun pour comprendre comment l’État parvient à faire la guerre et ce que la guerre fait à l’État.

L’emprise de l’État est-elle immédiate, progressive, continue ou discontinue ? Connaît-elle des phases d’essoufflement, des ratés ? S’accompagne-t-elle de phénomènes parallèles de « déprise » ? Loin de toute généralité ou de toute extrapolation hasardeuse, est-il possible de repérer des formes de résistance ou d’évitement ?

Interroger le processus de nationalisation des sociétés européennes, tel est l’un des enjeux de cet ouvrage pluridisciplinaire, largement ouvert dans l’espace et dans le temps autour du point de référence de 1914. Composé d’enquêtes bien circonscrites, l’ouvrage s’inscrit dans une histoire sociale de la guerre, et permet de questionner ce qui semble une évidence, au moins en France : la spectaculaire capacité de l’État à mobiliser, presque du jour au lendemain, une société tout entière.