Français | English
Le droit international selon Hans Kelsen

Le droit international selon Hans Kelsen

Criminalités, responsabilités, normativités

Édité par Ninon Grangé, Frédéric Ramel

La Croisée des chemins



Version électronique disponible sur

À l'heure où la Cour pénale internationale se voit critiquée par nombre de ses détracteurs, cet ouvrage propose une analyse de la judiciarisation internationale au prisme de l’un de ses initiateurs : Hans Kelsen. Le théoricien du normativisme a réfléchi sur le droit international, notamment lors de son exil aux États-Unis. Il ne cessera de promouvoir une Organisation des Nations unies dont le pivot serait une juridiction. Tout en permettant de mieux saisir la trajectoire intellectuelle du juriste viennois outre-Atlantique, les études rassemblées ici soulignent les tensions inhérentes à l’établissement des premiers tribunaux militaires après la Seconde Guerre mondiale, qu’elles concernent la reconnaissance d’un individu justiciable ou bien l’application du principe de non-rétroactivité. Fondé notamment sur la présentation et la traduction de textes consacrés à la responsabilité et à la poursuite des criminels de guerre, cet ouvrage rentre en résonance avec les dilemmes contemporains qui entourent l’établissement d’une justice pénale internationale.

Ninon Grangé

Ancienne élève de l'École Normale Supérieure-Ulm, agrégée de philosophie, docteure en philosophie politique et habilitée à diriger les recherches, Ninon Grangé enseigne la philosophie à l'université Paris 8. Elle a publié Oublier la guerre civile ? Stasis : chronique d’une disparition (Vrin-EHESS, 2015), De la guerre civile (Armand Colin, 2009) et a dirigé de nombreux ouvrages sur la théorie et la philosophie politiques (sur Carl Schmitt, Günther Anders, Hannah Arendt, Hans Kelsen…).


Ninon Grangé
L'urgence et l'effroi
L'état d'exception, la guerre et les temps politiques
La Croisée des chemins
L'état d'exception, contrairement aux ouvrages récemment parus, est traité de manière philosophique. L’ouvrage se consacre à une analyse diachronique en se référant à des textes d’histoire du droit et aux généalogies qui ont pu être proposées, et à une analyse synchronique qui s’appuie sur des sources philosophiques, sociologiques, politistes.