Français | English
Le bonheur du plus grand nombre

Le bonheur du plus grand nombre

Beccaria et les Lumières


La Croisée des chemins



Version électronique disponible sur 

En quel sens peut-on dire que le petit livre de Beccaria, Des délits et des peines (1764), apparaît comme un geste de rupture ? La question intéresse notre modernité : en quel sens peut-on dire que ce livre est la source de notre droit pénal ?

Le problème est abordé dans cet ouvrage à partir du constat suivant : dans l'Europe des Lumières, le livre de Beccaria a aussitôt été perçu comme un moment de seuil ou de passage. C’est donc en remontant à ses sources et en éclairant sa diffusion immédiate que les contributions rassemblées ici tentent d’évaluer sa nouveauté. Codification juridique, présomption d’innocence, laïcité du droit pénal, abolition de la peine de mort : comment Beccaria recueille-t-il un héritage tout en bouleversant un champ de discussions et de débats ?

Œuvre singulière, aussi fulgurante par son style que par ses répercussions, Des délits et des peines apparaît comme un observatoire privilégié pour mieux comprendre la crise culturelle de la fin de l’Ancien Régime et la naissance de la culture contemporaine.

Xavier Tabet

Xavier Tabet est professeur au département d'études italiennes de l’université Paris-VIII. Il a dirigé, en collaboration avec Alessandro Fontana, Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini Langue et écriture de la république et de la guerre. Études sur Machiavel (Name Edizioni, 2004) ; et a édité, avec Alessandro Fontana, le Discours sur la première décade de Tite-Live (Gallimard, coll. « Bibliothèque de philosophie », 2004). À paraître : la traduction et l’annotation, avec Alessandro Fontana, de Des délits et des peines (1764) de Cesare Beccaria, chez Gallimard.

Collaborations intellectuelles ou scientifiques :

Marco Fincardi, Xavier Tabet
Ce numéro entend montrer la complexité de l'histoire contemporaine de Venise ; une histoire qui ne s’est pas arrêtée lorsque Venise a cessé d’être la « colonie vierge de l’ancien monde », selon l’expression de Chateaubriand.



Antonio Bechelloni, Christian Del Vento, Xavier Tabet
Laboratoire italien. Politique et société n°12/2012
La vie intellectuelle entre fascisme et République 1940-1948