Français | English
Repères, n°47/2013

Repères, n°47/2013

Premières pratiques d'écriture : état de recherches francophones

Édité par Jacques David, Marie-France Morin

Repères - Recherches en didactique du français langue maternelle



Retrouvez Repères. Recherches en didactique du français langue maternelle sur Revues.org

Aujourd'hui, des recherches de plus en plus nombreuses, dans la francophonie comme celles exposées ici mais aussi au-delà, accordent une place légitime aux pratiques de production écrite dès les débuts des apprentissages de l'écrit. Ces recherches se distinguent de conceptions anciennement répandues qui voulaient que ces activités d’écriture devaient succéder aux apprentissages instrumentaux de la lecture. Le présent volume reprend cette critique et la prolonge en montrant l’importance et la diversité des pratiques d’écriture conduites au préscolaire et au début de la scolarité primaire. Les études proposées ici confirment que le développement des compétences scripturales des jeunes enfants implique l’acquisition de connaissances, de procédures et de stratégies spécifiques. Se dessine ainsi la volonté d’équilibrer les enseignements de la lecture et de l’écriture, afin d’accroître l’efficacité de l’une et de l’autre dans le cadre d’une littéracie étendue.

C’est en partant de cette évolution des recherches sur les habiletés à écrire des jeunes élèves que les contributions de ce dossier s’organisent. Pour les auteurs de la première partie, « L’écriture : comment les jeunes élèves l’approchent-ils ? », les écrits des jeunes scripteurs doivent en effet être étudiés comme les traces d’un processus d’acquisition ; elles-mêmes indicatrices d’une progression dans la maitrise d’une langue-écriture particulière. Ces écrits d’élèves revêtent en effet des formes et des tailles très diverses : du mot copié ou dicté à la rédaction d’un récit complet. En ce sens, les recherches exposées montrent combien les apprentis scripteurs avancent dans différents contextes didactiques en explorant tout autant les propriétés de l’écrit et les fonctions de l’écriture. Leurs auteurs utilisent le qualificatif approchées pour désigner ces écritures ; mais s’il se comprend comme une approche du système écrit, l’expression porte aussi, très explicitement, en elle, la présence d’un adulte bienveillant – l’enseignant qui soutient le cheminement acquisitionnel, les efforts et parfois les difficultés de compréhension des élèves.


Suivant ce regard sur les apprentissages « du point de vue des élèves », la deuxième partie de ce volume, intitulée « L’écriture des jeunes élèves : comment les enseignants l’analysent-ils ? », propose une analyse argumentée du point de vue des enseignants, que ceux-ci soient formateurs ou en formation, confirmés ou débutants. L’ambition de ces recherches est de décrire les pratiques les plus à même de susciter un apprentissage optimal de la production écrite, en début de scolarisation et au-delà. En ce sens, les auteurs de cette seconde partie exposent et analysent différentes actions didactiques parmi celles qui peuvent aider les enseignants exerçant en classe régulière, ou qui accompagnent les élèves ayant des « besoins éducatifs particuliers » en lecture-écriture.