Français | English
Pensées du corps et différences des sexes à l'époque moderne

Pensées du corps et différences des sexes à l'époque moderne

Descartes, Cureau de la Chambre, Poulain de la Barre et Malebranche


La Croisée des chemins



Version électronique prochainement disponible sur 

Deux modèles philosophiques s'affrontent pour penser la différence des sexes au xviie siècle, celui qui se présente comme une reconfiguration moderne de la médecine humoriste et celui qui propose un modèle mécaniste des corps : autrement dit celui de Cureau de la Chambre et celui de Descartes. « La femme », « le féminin », « le sexe faible » se voient redéfinis par ces deux auteurs de manière opposée. Cureau développe une différencialisme extrême, ce qui ne se fait pas sans tension puisqu'il concerne une même espèce. Descartes pose une neutralité de sexe dans les capacités générales de l’être humain, aussi bien physiques qu’intellectuelles. Il permet de se poser une question toujours actuelle : l’effacement des différences de sexes est-il le fondement de l’égalité ? Poulain de la Barre et Malebranche héritent tous deux du nouveau modèle anthropologique de Descartes mais le mobilisent différemment dans leurs analyses du sexe féminin. À l’égalitarisme féministe de Poulain s’oppose ainsi le différencialisme inégalitaire de Malebranche, alors même que les deux auteurs se réclament de Descartes dans leurs analyses anthropologiques. Ce débat moderne sur la différence des sexes est important car il mobilise des analyses sur le genre, indépendantes du sexe dit biologique, au travers notamment de la notion d’efféminé. La sexuation partielle ou complète du corps a aussi des conséquences intellectuelles et morales importantes. Ce que montre ces quatre auteurs, c’est que la plupart de nos pensées sont des pensées du corps, avec le corps. Il existe un débat philosophique sur la différence des sexes entre ces quatre auteurs, débat qui modifie en profondeur la science moderne de l’être humain. Par le prisme de cette question, c’est toute l’anthropologie de chacun des auteurs qui est analysée : on part de la médecine et de la psycho-physiologie pour ensuite étudier les conséquences intellectuelles, morales et même politiques de ces conceptions du féminin par comparaison avec le masculin. L’identification de ce moment clé dans les débats sur sexe et genre permet de tracer des lignées théoriques présentes jusqu’à l’époque contemporaine.