Français | English
Inclure le handicap, recomposer l'école ?

Inclure le handicap, recomposer l'école ?


Entretiens Ferdinand Buisson



La loi du 11 février 2005, qui consacre le passage de « l'intégration » à « l’inclusion » des personnes en situation de handicap en compensant les obstacles à l’autonomie et à la réussite que crée un environnement inadéquat, est devenue emblématique dans le champ scolaire. Dans le cas français, le nombre d’élèves handicapés scolarisés en milieu ordinaire a connu une progression de près de 80 % depuis 2006. À la question des conditions d’accessibilité au droit, qui semble aujourd’hui largement résolue, a succédé celle des limites de « l’inclusivisme » : l’école (et notamment l’enseignement secondaire) peut-elle s’adapter à tout type de déficience ? Jusqu’où le cadre institutionnel, et les professionnels qui le font « tenir » au quotidien, peut-il s’adapter aux exigences de la différenciation pédagogique que nécessitent ces élèves ? Faut-il dès lors inventer de nouveaux métiers d’accompagnement des parcours au risque de multiplier des interventions fragmentées, ou enrichir le curriculum de formation de manière à mieux outiller les enseignants, en courant ainsi le risque d’un traitement segment des publics scolaires ? Par ailleurs, on peut se demander du côté des élèves et de leurs familles, quel type d’expériences scolaires le handicap peut susciter. Une fois de plus, le fonctionnement à la fois public et intime de l’institution scolaire ouvre de nouvelles pistes et catégories d’analyse pour penser notre société à l’épreuve (civique) de la diversité et de l’altérité.