Français | English
À quoi sert la comparaison internationale en éducation ?

À quoi sert la comparaison internationale en éducation ?

Xavier Pons, Marianne Woolven, Valérie Lincot, Caroline Brottet-Aiello

Entretiens Ferdinand Buisson



Version numérique disponible sur

La publication prochaine (décembre 2017) des résultats de l'édition PISA 2015, qui plus est dans un contexte de campagne électorale, va probablement donner lieu à un certain bruit médiatique. On constate depuis quelques années un écho croissant des enquêtes internationales, qui donnent l’occasion d’étalonner les résultats ou les performances des systèmes éducatifs, pour le meilleur comme pour le pire. Quelle est l’utilité réelle de ces comparaisons internationales ? Comment sont-elles reçues et utilisées dans notre pays à travers le temps ? Peut-on en tirer des leçons en termes de pratiques à importer ou exporter d’un pays à l’autre ? Par ailleurs, la comparaison internationale ne se réduit pas aux grandes enquêtes de l’OCDE. Qu’il s’agisse de travaux de recherche qui comparent des phénomènes ou des objets éducatifs ou d’échanges internationaux dans le domaine de l’éducation, on constate souvent que ces processus de mise en perspective au delà des frontières nationales est souvent riche d’effets. En dénaturalisant des façons de voir ou des façons de faire fortement ancrées dans une tradition ou une routine nationale, ces comparaisons amènent à considérer « notre » éducation sous un jour nouveau.

Comme à l’occasion de chaque Entretien, des chercheurs et des praticiens confronteront leurs visions dans l’objectif de favoriser les interactions entre recherches universitaires et pratiques professionnelles.