Français | English

Aïtia, n°12/2022

Lectures du livre III des Entretiens d'Epictète


Aitia. Regards sur la culture hellénistique au XXIe siècle



Revue électronique disponible en libre accès sur journals.openedition.org

Centrés sur la pratique et sur l'usage des doctrines philosophiques, les Entretiens d’Épictète comportent non seulement des dialogues tenus entre le maître stoïcien et ses disciples à propos des principaux dogmes du Portique, mais aussi des discours et des commentaires de textes souvent empruntés à Chrysippe.

L’étude se concentre ici sur le livre III, qui plus que les autres encore se distingue par la variété des thèmes abordés. Dans ce livre, Épictète insiste en effet sur l’exercice sous toutes ses formes – exercice auquel doit se livrer un homme désireux de progresser vers le bien, ascèse des désirs et des propensions, entraînement pour faire face aux représentations. Il décrit également la position du philosophe face au profane, au rhéteur, au maître de philosophie et à l’environnement extérieur en général. Enfin, il poursuit la polémique engagée par ses prédécesseurs stoïciens contre les Épicuriens, dont il dénonce l’incohérence des principes par rapport à la vie qu’ils mènent, et il dresse à l’inverse un portrait célèbre et élogieux du cynisme, une philosophie avec laquelle le fondateur du Portique avait entretenu de profondes affinités.

À travers une approche rassemblant des contributeurs de spécialités diverses, ce volume issu de rencontres internationales de philosophie ancienne cherche à rendre compte de la réflexion d’Épictète dans toute sa richesse en examinant les enjeux historiques, rhétoriques et philosophiques du livre III des Entretiens.

Gweltaz Guyomarc'h
lien IdRef : 167008129

Collaborations intellectuelles ou scientifiques :

Gweltaz Guyomarc'h, Stéphane Marchand
Aitia, n°7-2/2017
Études sur le De elementis de Galien
Les études ici rassemblées ont pour objet le traité Sur les éléments selon Hippocrate, que Galien (129 - ca. 216) a probablement rédigé aux alentours de 169, durant son second séjour à Rome.