Français | English
Mots. Les langages du politique, n°123/2020

Mots. Les langages du politique, n°123/2020

De la racine à l'extrémisme. Discours des radicalités politiques et sociales

Édité par Valérie Bonnet, Béatrice Fracchiolla, Lilian Mathieu

Mots. Les langages du politique



S'abonner à la revue

Retrouvez Mots. Les langages du politique sur OpenEdition Journals et sur Cairn (achat d'articles à l'unité).

Revue soutenue par l'Institut des sciences humaines et sociales du CNRS.

 

Ce dossier entend en effet traiter « des » radicalités, tant la radicalité ne peut être définie sans envisager son (ses) pluriel(s). Des radicaux, ces Républicains d'autrefois partisans de réformes allant dans le sens de la démocratie et de la laïcité, jusqu’aux doctrines contemporaines dites « radicales » lorsqu’elles vont jusqu’au bout de leurs conséquences, le champ lexical du terme renvoie à des éléments divers qui permettent d’en retracer l’évolution. Cette double appartenance signifie à la fois une forme de retour aux sources (la notion de racine) et son opposé : une transformation extrême entraînant des conséquences majeures. Cette livraison montre ainsi à travers trois études de cas une relation ambivalente à la radicalité. Elle s’intéresse à des stratégies de communication ou de positionnement travaillant l’affichage des radicalités : la polémicité, la réappropriation du stigmate induit par celle-ci, ou au contraire l’atténuation du discours afin d’éviter les sanctions juridiques, ou encore une référence aux origines permettant de se réapproprier une pensée censément antagoniste. Plus globalement, il s’agit ici de cerner ce qu’est un discours radical et comment se traduit le discours des radicalités politiques, sans que cela ressorte nécessairement comme un discours de haine.

Valérie Bonnet
Collaborations intellectuelles ou scientifiques :

Paul Bacot, Valérie Bonnet, François Genton
Parmi tous les chants qui célèbrent et objectivent l'existence d’un collectif humain, les hymnes occupent une place de choix mais non exclusive. Ce dossier traite de leurs conditions de naissance, de leurs caractéristiques langagières et musicales, de leurs transformations et des multiples usages sociaux qui en sont faits.



Valérie Bonnet, Chloé Gaboriaux, Marie Plassart
Mots. Les langages du politique, n°121/2019
Restons groupés ! La construction discursive des relations sociales
Les groupes se forment aussi en discours, à travers un imaginaire social que ces derniers contribuent à inventer, soutenir et transformer. Ce dossier vise à rendre compte de cette construction discursive, qui déborde la question des dénominations sociales et politiques.



Valérie Bonnet, Albane Geslin
Ce volume constitue un aperçu de la vitalité de la recherche en matière d'analyse des discours circulant par les controverses écologiques ou environnementales, recherche qui s’intéresse tant aux niveaux lexical, discursif qu’argumentatif. Les articles proposés analysent diverses controverses mais aussi la perception de l’avenir qu'ont les citoyens.



Valérie Bonnet, Roland Canu
Mots. Les langages du politique, n°115/2017
Les discours de la crise économique
Les discours publics abondent de paroles expertes et profanes sur la crise économique, contribuant à construire les représentations de celle-ci. Ce dossier revient sur certains d'entre eux à partir d’approches et d’outils s’inscrivant au croisement des sciences du langage, de la science politique et de la sociologie.



Valérie Bonnet, Henri Boyer
Mots. Les langages du politique, n°111/2016
Normes et usages de la langue en politique
Ce dossier rassemble des textes qui se proposent d'analyser les fonctionnements de la variation linguistique du français en discours politiques et médiatiques dans son rapport aux normes et aux évaluations qu'elles autorisent.



Valérie Bonnet, Hugues Constantin de Chanay, Dominique Desmarchelier
La référence aux partis politiques au moyen de leur couleur emblématique semble être une pratique courante du discours politique et journalistique. Les adjectifs de couleur, utilisés comme tels ou comme substantifs (les Verts) ou adverbes (voter rouge), ponctuent l'histoire politique des deux derniers siècles



Valérie Bonnet, Dominique Desmarchelier