Français | English
Tracés, hors-série 2013

Tracés, hors-série 2013

Philosophies et sciences sociales


Tracés



Retrouvez Tracés sur Revues.org et sur Cairn (achat d'articles à l'unité)

Les sciences sociales sont nées dans un élan de différenciation et de détachement par rapport à la philosophie mais elles ont également conduit aux évolutions et réformes de cette dernière. Ce hors-série de Tracés a pour but de proposer un état des lieux de l'actualité de ces relations aussi fructueuses que difficiles, conflictuelles et enrichissantes, entre la philosophie et les sciences sociales. Les textes présentés ici font le pari de la possibilité, voire de la nécessité, d’un dialogue mutuel mais qui ne confine pas pour autant à l’intégration totale des différentes disciplines et qui pose au contraire la question de la traduction ou de la conversion du discours philosophique dans l’optique de la pratique des sciences sociales.


Peut-on concilier les conceptions sociologique et philosophique de la vulnérabilité (Marie Garrau) et de l’identité (Christian Lazzeri)? Comment peut-on bâtir une « esthétique sociale » dans laquelle la philosophie joue un rôle de synthèse qui connecte les savoirs empiriques produits par la littérature, la sociologie et l’histoire de l’art (Barbara Carnevali)? Comment faire appel à la philosophie pour penser les évolutions des systèmes économiques et rapports salariaux et proposer un « structuralisme des passions » (Frédéric Lordon) ? L’histoire peut-elle être foucaldienne (Florence Hulak) ? Comment porter une critique philosophique des indicateurs de pauvreté et d’inégalité développés par les économistes et les sociologues (Thomas Pogge) ? Qu’est-ce qu’un texte sociologique et comment s’y mêlent politique et philosophie (Dany Trom) ? Le statut de fondement normatif qu’on peut accorder à une autorité est-il plutôt d’ordre sociologique ou philosophique (Bruno Karsenti) ?


Telles sont les principales questions abordées dans ce hors-série. La philosophie n’exerce plus ici de magistère sur les sciences sociales mais elle offre des concepts, méthodes et types de raisonnements disponibles à la réappropriation. Elle se situe elle-même, en retour, dans un rôle d’ouverture et d’attention vis-à-vis des sciences sociales qui constituent le prisme de son rapport au réel.