Français | English
Mots. Les langages du politique, n°114/2017

Mots. Les langages du politique, n°114/2017

Le rapport, entre description et recommandation

Édité par Émilie Née, Claire Oger, Frédérique Sitri

Mots. Les langages du politique



S'abonner à la revue

Retrouvez Mots. Les langages du politique sur Revues.org et sur Cairn (achat d'articles à l'unité).

Revue soutenue par l'Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS.

Dans les institutions et les organisations (appareils gouvernementaux, organisations internationales, entreprises, services sociaux…), la production de rapports est devenue une pratique professionnelle répandue, et elle est réputée fournir un outil privilégié d'aide à la décision. Indissociablement descriptif et évaluatif, l’état des lieux qui y est proposé peut être mis au service de préconisations formulées de manière plus ou moins explicite. Ce type de document se caractérise par diverses formes d’hétérogénéité (énonciative, textuelle, sémiotique), qui sont à la fois liées à ses conditions de production et à l’intrication de ses différentes visées. Ce dossier de la revue Mots. Les langages du politique se propose d’interroger les inscriptions en discours de cette double visée descriptive et prescriptive, et repose sur l’hypothèse que ces caractérisations pragmatiques définissent un genre ou un « macro-genre », par-delà les formes d’organisation textuelle qu’il peut recouvrir. Il envisage également l’usage qui peut en être fait comme outil de communication, de promotion, voire de positionnement stratégique, ou encore ses effets sur la prise de décision dans les institutions et les organisations.

Émilie Née
Collaborations intellectuelles ou scientifiques :

Gérôme Truc, Christian Le Bart, Émilie Née
Les attentats qui ont frappé la France en 2015-2016 ont donné lieu à de nombreux commentaires. Ce dossier vise à analyser le déploiement de ces discours post-attentats et à les mettre en perspective, en interrogeant la place qu'y occupent les émotions, les modalités de cadrage qui s’y déploient, et la portée du consensus qui les traverse.