Français | English
L'urgence et l'effroi

L'urgence et l'effroi

L'état d'exception, la guerre et les temps politiques


La Croisée des chemins



La réduction et la suppression des libertés ne sont que la partie émergée de l'état d’exception tel qu’il a été récemment mis en place dans différents pays. Savoir s’il s’agit d’une contradiction du droit avec lui-même ne fait pas le tour de la question. L’état d’exception, dans son appréhension philosophique qui dépasse les distinctions entre état d’alerte, d’urgence, loi martiale, etc., révèle des aspects du politique qui, dans le temps ordinaire que l’on croit linéaire, sont invisibles.

L’ouvrage dessine une trame historique qui ramène l’état d’exception à son origine, l’état de siège qui, étonnamment, ne distingue plus guerre civile et guerre extérieure. Grâce à cet indice d’une ambivalence imprégnant d’emblée l’état d’exception, sont analysées différentes instrumentalisations : l’amalgame avec la guerre civile, l’idée de dictature, le non-droit. Le propos ne consiste cependant pas dans une simple objection aux usages du droit ou aux précipitations décisionnaires. Car ce qui apparaît soudainement à l’occasion d’un état d’exception est une partie non visible du politique, que la tradition philosophico-politique a trop ignorée en se cantonnant souvent aux seules institutions. Les fictions performatives du politique sont ainsi mises en défaut lorsque le temps s’arrête, que le droit se suspend lui-même, qu’un État démocratique use de législations anti-démocratiques. L’état d’exception révèle les dimensions temporelles, dissimulées par les métaphores spatiales rendant incompréhensible le mélange de force et de faiblesse du politique en danger. Ce livre se propose de montrer que le politique est toujours une manière d’imposer une temporalité contre d’autres temporalités, à la fois dévoilées et recouvertes par l’état d’exception.