Français | English

Atalaya, n°16/2016

1) Frontière et minorités religieuses dans la péninsule Ibérique à la fin du Moyen Âge 2) Gloses et interprètes de l'humanisme latin et vernaculaire

Édité par Olivier Brisville, Georgina Olivetto, Juan Miguel Valero

Atalaya. Revue d'études médiévales romanes



Revue électronique disponible en libre accès sur Revues.org

Ce numéro comprend 2 dossiers :

1) La Frontière et ses aspects forment un des thèmes centraux de la recherche en médiévistique ibérique. S'interroger sur les situations et les évolutions de la Frontière entre Islam et chrétienté, comme réalité géopolitique mouvante ou construction idéologique et discursive, conduit à impliquer également les processus d’émergence et de configuration socio-culturels et juridiques de frontières intérieures avec la constitution de sociétés pluriconfessionnelles de facto. Les articles de ce dossier approchent de façon pluridisciplinaire cette thématique, en particulier la communauté musulmane sous domination chrétienne. Sont ainsi traités les frontières politique, culturelle, religieuse, linguistique, textuelle et discursive. Ces contributions mettent en avant les mécanismes de manifestation, de construction, de « bricolage » de la Frontière qui souvent s’avèrent être simultanément des dépassements de celle-ci.

2) Le dossier Gloses et interprètes de l’humanisme latin et vernaculaire tourne autour des questions concernant le projet de recherche ministériel espagnol « Alfonso de Cartagena. Œuvres complètes ». Chaque contribution s’appuie sur les questions d’édition des textes et sur l’analyse de leur tradition. La tradition classique, incarnée dans le cas de Cartagena, par Sénèque et Aristote, aux côtés de Cicéron, est examinée en tant que tradition contemporaine puisque les sources classiques furent considérées surtout comme des agents de l’établissement d’une nouvelle définition des savoirs, déterminée par le contenu et les formes adoptées. Dans cette nouvelle mouture, les concepts d’auteur et d’auteurité se diversifient dans de nouveaux dispositifs comme la traduction, la glose, le comentaire ou la compilation. De telles stratégies discursives sont à l’œuvre dans la transmission des textes et aussi dans la manière dont on se les représente ainsi que dans la génération d’autres textes. Dans cet échange transparaît également la tension entre la culture lettrée et la culture chevaleresque ; entre les modèles scolastiques et humanistiques. Le bilan entre ce qui est nouveau et ce qui est ancien se joue, en tout cas, dans l’examen des textes et des idées qui trouvent à converger chez Cartagena et sous le règne de Jean II.