Français | English
Vers l'égalité ou au-delà ?

Vers l'égalité ou au-delà ?

Essai sur l'aube du socialisme


Gouvernement en question(s)



Version électronique bientôt disponible sur 

Comment le socialisme doit-il articuler les deux exigences qui l'ont toujours défini : « à chacun selon ses besoins » et « à chacun selon ses mérites » ? Aujourd'hui où l'objectif d'un calcul rigoureux des mérites, rebaptisé égalité des chances ou équité, est devenu non seulement la valeur dominante mais parfois la valeur unique d’un socialisme à l’agonie, il peut être opportun d’effectuer un voyage dans le temps. Et ainsi, d’observer des situations où ces deux exigences, besoin et mérite, étaient articulées bien différemment et nourrissaient alors des espoirs et des savoirs émancipateurs plus audacieux.

Ce court essai propose un retour aux origines. Dans l’une de ses belles formulations, Pierre Leroux écrivait, « le socialisme paraît, et l’aube du jour c’est 1830 ». Procédant ici de quelques portraits, ceux notamment de Louis Blanc et Constantin Pecqueur, de François-Vincent Raspail et de George Sand, cet essai signale comment en cette période de genèse, qui inventa même le terme de « socialisme », l’exigence du besoin fut considérée comme rectrice. Loin d’être toutefois niée, l’exigence du mérite demeurait néanmoins auxiliaire de l’exigence du besoin.

En ces temps déjà de premières déferlantes libérales, cette articulation originelle permit alors au socialisme de s’identifier d’abord, de résister ensuite et de créer enfin, tant dans le domaine des idées que dans celui des expérimentations, des voies nouvelles à l’émancipation et au progrès social, économique et politique. Cette option consistant à résolument situer le pari du socialisme au-delà de la seule égalité des chances, aussi rigoureusement définie soit-elle, mérite dès lors d’être rappelée et ruminée aujourd’hui.